Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Martine Frappin
  • : Martine Frappin est candidate ps aux élections de 2008, pour le canton de Montauban-de-Bretagne. Femme de gauche avant tout, elle est particulièrement engagée dans les questions de l'environnement et du développement durable.
  • Contact

Bonjour à tous !

" Je vous encourage dès maintenant à me faire parvenir vos remarques et vos doléances, car je souhaite être la candidate du renouveau, de l'ouverture, et du dialogue. Cet espace d'échanges vous est  donc destiné et sera quotidiennement complèté gâce à votre participation."
Merci à vous
                                                                                                                      Martine F.

30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 23:16

sur  http://evolutionnaire.free.fr/grippeporcine.php


LUNDI 27 avril 2009, à Bransat (Allier) avait lieu, initiée et en présence du sénateur Gérard Dériot, une conférence sur le thème '' Organismes Génétiquement Modifiés : avant de juger, comprendre '', donnée par Jean Terré, directeur vétérinaire, ancien élève de l'Institut Pasteur, ancien directeur-général adjoint de Rhône-Mérieux. Jean Terré a eu l'opportunité de participer à l'expérimentation et à l'enregistrement du premier vaccin OGM : Raboral, vaccin antirabique destiné aux renards et ayant abouti à l'éradication de la rage dans notre pays.

Le docteur Jean Terré a proposé une analyse '' la plus objective possible '' (selon ses dires) de la situation actuelle replacée dans son contexte historique. Il a voulu faire en sorte que son exposé ne soit '' ni une accusation ni une défense, mais une série de constats, de faits, de déductions ''. Propos qui sont, selon lui, destinés à '' aider les personne désireuses de se faire une opinion en dehors des passions, des peurs et des groupes de pression '', citant Marie Curie : '' Dans la vie rien n'est à craindre, tout est à comprendre ''.

 

Et sa conférence, bien documentée et appuyée par une série de tableaux qui ont été projetés, a instruit l'assistance sur le pourquoi nous en sommes là. L'historique des OGM tout d'abord, en partant des hybrides F1, puis les chaînes ADN, les codes génétiques et les cultures des protéines ainsi que leur apprentissage... Nous disant que bientôt nous allions avoir du riz jaune grâce à une protéine de carotène placée dans sa chaîne ADN (là, nous sommes obligés de dire que l'on se demande bien pourquoi faire du riz jaune alors que personne n'en demande...peut-être les Chinois ?). Tout y passa et à la fin de son exposé nul ne pouvait plus ignorer ce qu'était un OGM et pourquoi il était là.

 


 

Donc merci monsieur Terré et bravo ! Mais son propos n'a malheureusement pas convaincu.

 

Outre une nombreuse assistance, de nombreux écologistes étaient présents et sont intervenus dans le débat qui a suivi. Evolutionnaire, bien sûr, était là pour se faire une opinion afin de vous en rendre compte, ce qui a été impossible car M. Terré a superbement ignoré une question que nous lui avons posée, faisant mine de ne pas la comprendre.

 

Tous les écologistes présents venant de plusieurs associations se sont attachés à contredire point par point les propos de M. Terré. Certains faisant valoir que '' personne n'avait demandé les OGM '', '' que la planète pouvait nourrir en l'état de l'agriculture 12 milliards de personnes ''... D'autres sont intervenus, il fallait s'y attendre, en demandant une régulation dé la population mondiale, etc... etc... Et enfin les quatre grands points toujours mis en avant par les écologistes et les anti OGM ont été abordés : les dangers liés à la rupture de la barrière d'espèces ; les risques écologiques ; les risques alimentaires ; le manque de recul.

 


 

Mais l'opposition française aux OGM est désormais caduque car les décisions seront dorénavant prises à Bruxelles, à l'échelon européen et non à l'échelon d'un Etat. Il faut savoir pour la petite histoire que le Sénat français a d'ores et déjà entériné cette décision qui sera bientôt présentée à l'Assemblée nationale. Donc, nous devons nous attendre à voir nos campagnes plantées de plantes génétiquement modifiées : soja, maïs, etc...

Et pourtant ...

 

- Dangers liés à la rupture de la barrière d'espèces.

Cette barrière fait, par exemple, qu'un cheval ne peut pas avoir de petits avec un zèbre. La manipulation génétique permet justement de s'affranchir de la barrière des espèces : plantes à plantes, plantes à animaux, plantes à l'homme, animaux à l'homme, etc... Grâce au génie génétique, nous avons construit des organismes qui n'ont jamais existé dans la nature et dont on n'appréhende pas suffisamment le comportement.

 

Et c'est bien un des problèmes majeurs que posent les OGM (il y en a d'autres !) : on annule la barrière des espèces qui fait que chacune possède des '' défenses '' vis-à-vis des autres espèces. Et l'on peut se demander à juste titre si on n'a pas joué au casse-cou avec ce procédé.

 

En effet, en '' important '' un code génique d'une protéine d'une espèce dans la chaîne ADN d'une autre espèce pour quelques raison que ce soit, on a probablement '' cassé '' cette fameuse barrière. Ce qui fait qu'un virus (qui est une protéine) propre à une espèce a pu acquérir un '' pouvoir '' mutagène lui donnant la possibilité de passer à d'autres espèces. Des maladies jusqu'alors propres au monde animal deviennent dès lors des maladies '' universelles '', ce qui expose directement l'homme qui était jusque-là à l'abri de ces maladies.

 

Mais cela veut dire aussi que, outre les maladies animales, cela concerne aussi les maladies des insectes et des plantes ; de quelle nature seront-elles ? Pour l'instant, le phénomène inverse ne semble pas être enregistré : les maladies de l'homme ne passant pas dans les règnes végétal et animal mais il est vrai que les animaux ne viendront pas le dire.

 

L'élément '' mutagène '' pourrait bien être les OGM, c'est le constat logique que l'on doit faire car il y a répétitivité : cela fait trois fois (et même plus) qu'en peu de temps, l'humanité est confrontée à des pandémies jusqu'alors inexistantes :

 

En avril 2003, nous avons déjà connu le SRAS (en français) ou SARS (Severe Acute Respiratory Disease, en anglais) ou pneumonie atypique. Cette maladie venait d'Asie (déjà !) et frappa lourdement la région de Toronto. Et les instances politiques et sanitaires de l'époque ont déclaré que le SRAS était la dernière venue de toute une série de maladies nouvelles provoquées par une série de mystérieux ''super germes '' mutants qui devaient frapper l'humanité...

 

Et malheureusement elles arrivent !

? Il faut citer en premier l'ESB, maladie de Creutzfeldt-Jacob (encéphalite spongiforme bovine), qui est devenue '' transmissible à l'homme '' !

On a mis en cause les farines animales qui avaient favorisé la venue d'un prion mutagène mais on a oublié de dire que les animaux d'où était partie cette pandémie étaient nourris aussi avec des farines de plantes OGM et la population en consommait. Le résultat, outre les 117 victimes déjà enregistrées, on attend 136.000 morts dans les années qui viennent.

? Puis la mutation du virus H5N1 de la grippe aviaire qui est devenue '' aussi '' transmissible à l'homme.

Cette maladie nous est arrivée de Chine, pays où l'on donne des farines OGM aux animaux, notamment les volailles. Le vecteur en a été les oiseaux migrateurs, mais heureusement ce virus ne semble pas survivre à des températures estivales. Remarque, il s'agit d'un pays à grande densité de population et à grande pollution atmosphérique et cette population consomme sans contrôle sanitaire sérieux des aliments OGM ou des produits en contenant.

? Et aujourd'hui, c'est le virus H1N1 de la grippe porcine (ou grippe mexicaine) qui met à nouveau le monde entier en alerte.

Cette grippe ''porcine'' est un terme impropre (cela reste à démontrer) car elle n'affecterai en rien les porcs et serait limitée à Mexico (ce qui rste à démontrer aussi), capitale du Mexique dont la population tourne autour de 40 millions d'habitants. C'est une ville où l'on enregistre une des plus grandes pollutions atmosphériques de la planète et où les habitants consomment aussi des aliments OGM ou issus des OGM. Et tout le monde sait que le Mexique est la chasse gardée de Monsanto et de son MON810, OGM qui n'accepte comme traitement que le Roundup Ready... produit aussi par Monsanto !

 

Devenu pandémie, cette maladie est passée du niveau d'alerte 3 au niveau 4 (qui en compte 6). Cela veut dire que la pandémie est là mais qu'on peut encore l'enrayer. Souhaitons ne pas arriver à des niveaux supérieurs car alors cela voudrait dire qu'elle serait devenue incontrôlable.

 

On enregistre déjà 152 morts au Mexique. Les USA, le Canada, l'Asie, l'Afrique, l'Espagne, le Brésil, la Chine, l'Europe dont la France comptent déjà des cas suspects et des cas avérés ; c'est donc le monde entier qui est touché.

 

On le voit bien, dans ces trois cas cités plus haut, on trouve les OGM. Trois cas c'est beaucoup et cela doit mettre en alerte les organismes de santé publique. Mais il est vrai qu'il y a une très forte pression d'ordre financier d'abord, politique ensuite. Dans ces considérations, les semenciers sont au premier plan, viennent ensuite l'industrie agro-alimentaire puis le monde politique qui, lui, se préoccupe de l'avenir de notre pays. Les raisons sanitaires réussiront-elles à prendre le pas sur les raisons économiques ? Rien n'est moins sûr.

Demain ...

Et après les manipulations sur le végétal on arrive tout naturellement l'animal... et l'homme. Vu que nous avons établi le génome humain, ne sera-t-on pas tenté de tripoter la chaîne ADN qui est le support moléculaire de l'hérédité pour '' améliorer ou guérir '' l'espèce humaine en faisant de nous aussi des produits OGM ?

 

Les moyens de défense

 

Pour la grippe mexicaine qui nous préoccupe actuellement, on nous dit, '' Il ne faut pas avoir peur, nous maîtrisons la situation ''. Les propos lénifiants ne manquent pas comme nous les avons entendus avec Tchernobyle. Mais, après les mensonges sur la radioactivité du nuage, les médias sont-ils encore crédibles ?

 

Déjà, on distribue des masques (partout ? c'est à vérifier)... Ce que l'on ne dit pas, c'est que les masques que l'on nous fait voir à la TV sont inefficaces car ils sont de catégorie 1. Il faut utiliser des masques de catégorie 3 et ils n'ont qu'une durée d'efficacité de 5 heures ! Il faudrait donc en changer au moins deux fois par jour ; et il faut manger, boire, dormir... donc enlever le masque.

Les vaccins

Pour la grippe aviaire, en France, on dispose de 30 millions de doses de vaccin (soi disant) pour une population de 65.073.482 habitants. Est-ce bien sérieux ? Pourquoi les uns auraient-ils droit à un traitement et pas les autres ?

 

Aujourd'hui, pour la grippe porcine, on nous dit que le laboratoire Roche dispose d'ores et déjà d'un vaccin : le Tamiflu. C'est probablement vrai et il existe sûrement d'autres laboratoires dans le monde qui disposent aussi d'un vaccin... qui n'est valable pour la grippe aviaire, pas pour la grippe mexicaine. Mais pour lancer la fabrication d'un vaccin, il faut, nous dit-on, au minimum trois mois. Où en sera la pandémie ? Et pourra-t-on fabriquer 6,7 milliards de doses ?

II - Les risques écologiques

Une pollution accrue de l'environnement. - Dans le soja transgénique de la société américaine Monsanto, un gène introduit rend la plante tolérante à un herbicide dit total le Roundup, produit aussi par la même firme.

 

Ce flux de gènes génère une " pollution génétique " qui est totalement irréversible. On ne pourra jamais rapporter au laboratoire un gène qui se serait échappé de la plante génétiquement modifiée. Avec les super mauvaises herbes, en plus des OGM, il va falloir à nouveau épandre des herbicides encore plus puissants. Cercle vicieux sans fin.

 

Acquisition d'une résistance par les insectes. - Les maïs transgéniques dont la culture est aujourd'hui autorisée en France contiennent un gène de la bactérie du sol Bacillus thuringiensis qui synthétise dans la plante une toxine dite Bt qui lui permet de se défendre contre un insecte : la pyrale du maïs.

 

Le maïs transgénique conduira à la perte de l'agriculture biologique car la toxine Bt d'origine bactérienne est un des seuls insecticides autorisés dans les cahiers des charges de l'agriculture biologique.

 

Les OGM en tant que vaccins. - On parle actuellement beaucoup de manipuler génétiquement des plantes pour y introduire des vaccins. Ce principe est séduisant, mais si des plantes contenant ces vaccins sont disséminés dans la nature et transmettent leurs gènes à d'autres plantes ou animaux, des quantités très importantes de ces vaccins peuvent se retrouver dans la nature.

 

On ne sait pas comment réagiront certains organismes et il est à craindre que ces vaccins présents en trop grandes quantités dans la nature deviennent inopérants.

 

III - Les risques alimentaires

 

De nouvelles allergies. - Introduire de nouveaux gènes dans un organisme, donc de nouvelles protéines, va accroître les risques d'allergies. La société Pioneer, première compagnie semencière mondiale, a produit un soja plus riche en méthionine, acide aminé essentiel qui n'est pas produit naturellement par l'homme. Pour ce faire, elle a rajouté à ce soja un gène en provenance de la noix du Brésil. On s'est alors rendu compte que les personnes allergiques à la noix du Brésil étaient également allergiques à ce soja manipulé. Le public servira donc de cobaye malgré les risques encourus. Chaque jour, on découvre de nouvelles allergies à de nouveaux produits.

 

IV - Le manque de recul

 

La transgénèse s'apparente aujourd'hui à une espèce de bricolage où l'on " essaie et on voit ensuite ". On connaît encore relativement peu de choses sur l'ADN, sur le rôle et le fonctionnement des gènes, leurs interactions... et surtout sur les introns, des gènes aux fonctions inconnues et qui représentent environ 80 % de l'ADN.

 

Mais il n'y a pas matière à s'inquiéter nous dit le conférencier : '' On remédiera aux incidents au fur et à mesure qu'ils se présenteront ''. Ajoutons pour information que si, par un malheureux hasard, une pandémie causait un grand nombre de morts... lors de la grippe aviaire (on avait prévu ça !), on a recensé tous les locaux réfrigérés pouvant recevoir les cadavres !

DEHELVET

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Martine Frappin - dans L'Environnement
commenter cet article

commentaires