Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Martine Frappin
  • : Martine Frappin est candidate ps aux élections de 2008, pour le canton de Montauban-de-Bretagne. Femme de gauche avant tout, elle est particulièrement engagée dans les questions de l'environnement et du développement durable.
  • Contact

Bonjour à tous !

" Je vous encourage dès maintenant à me faire parvenir vos remarques et vos doléances, car je souhaite être la candidate du renouveau, de l'ouverture, et du dialogue. Cet espace d'échanges vous est  donc destiné et sera quotidiennement complèté gâce à votre participation."
Merci à vous
                                                                                                                      Martine F.

4 septembre 2010 6 04 /09 /septembre /2010 22:54
L'élevage intensif source pmaf.org 

http://pmaf.org/s-informer/nos-campagnes/poules-pondeuses.html

Il y a presque autant de poules pondeuses dans le monde que d’être humains sur la planète. En effet, 5 milliards de poules produisent chaque année environ 1000 milliards d’œufs.
Chaque poule pondeuse pond jusqu'à 300 œufs par an. Ainsi, les « races » modernes de poules produisent 2 fois plus d’œufs qu’il y a 50 ans.

A l’âge de 18 semaines (premières pontes), les femelles destinées à l’élevage industriel sont enfermées dans de petites cages, alignées en batteries sur plusieurs niveaux - jusqu’à 8 étages - dans des hangars aveugles pouvant contenir simultanément plusieurs dizaines de milliers d'oiseaux. Environ 47 millions de poules pondeuses sont élevées chaque année en France. 80% d’entre elles vivent ainsi dans des élevages industriels.

Les cages de batterie sont si petites que les poules ne peuvent ni ouvrir leurs ailes, et à peine marcher ou se retourner. Chacune d’entre elles passe son existence sur une surface de 550 cm2 environ, ce qui représente moins d’une feuille de papier A4.
Le manque d’exercice physique s’ajoute à la forte productivité en œufs, et provoque un affaiblissement des os qui conduit beaucoup de poules à souffrir de fractures. Les poules endurent en outre des privations comportementales, car elles ne peuvent se livrer à leurs activités innées : établir un nid, prendre des bains de poussière, se percher… Dans ces conditions, elles exagèrent compulsivement les mouvements de la tête et de sur-place.
Par ailleurs, le sol des cages accuse une inclinaison afin que les œufs roulent à l’extérieur dès la ponte pour être collectés, ce qui frustre les oiseaux dans leur désir inné de couver.


L'état d'emplumement des animaux se dégrade rapidement.

Les poules sont soumises à un programme d'éclairement précis, destiné à stimuler la ponte artificiellement.

Un environnement déficient et une forte promiscuité peuvent engendrer des comportements de picage des plumes et de cannibalisme. Outre la ponte, la seule activité possible est une violence plus ou moins exacerbée entre les quatre ou cinq poules d'une même cage.
Le degré d'inconfort est encore accentué par le fait qu'elles ne peuvent se percher, et que leurs pattes sont en contact permanent avec un grillage en pente.

Lors de la visite quotidienne réglementaire, il est difficile pour l’éleveur d’apprécier l’état sanitaire de chaque oiseau, surtout dans les cages supérieures ou mal éclairées. Parfois, les cadavres se décomposent au milieu des poules survivantes qui pondent les « œufs frais » vendus en supermarchés.

Partager cet article
Repost0

commentaires