Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Martine Frappin
  • : Martine Frappin est candidate ps aux élections de 2008, pour le canton de Montauban-de-Bretagne. Femme de gauche avant tout, elle est particulièrement engagée dans les questions de l'environnement et du développement durable.
  • Contact

Bonjour à tous !

" Je vous encourage dès maintenant à me faire parvenir vos remarques et vos doléances, car je souhaite être la candidate du renouveau, de l'ouverture, et du dialogue. Cet espace d'échanges vous est  donc destiné et sera quotidiennement complèté gâce à votre participation."
Merci à vous
                                                                                                                      Martine F.

10 mars 2020 2 10 /03 /mars /2020 20:23

La Ville de Montauban est décidément fâchée avec l'écologie,

  • Au moment où l'urgence climatique exige l'économie des terres agricoles : la Ville de Montauban prévoit de passer 29 hectares de la Brohinière et 12 hectares de la Gautrais à l'industrie.... apprécions l'inconscience écologique

  • l'interminable aménagement de la ZAC du centre ville qui ne laisse pas espérer un embellissement. (absence d'espace vert et de jeux pour les enfants)

  • le manque de courage dans les décisions en faveur de l'environnement, impossible de faire écrire dans le programme des élections 2020 : «favoriser l'agriculture biologique»" cela semble un gros mot".....

  • aucun projet en faveur de l'écologie : pas de plantation d'arbre, pas d'écoquartier, un déni total des mutations climatiques préoccupantes

  • l'artificialisation des surfaces en ville, malgré les préconisation du ministère de l'écologie, les revêtements des parkings réalisés ont tous été imperméabilisés

  • une piste cyclable inadaptée avenue de la gare,

  • pas de pistes cyclables et piétonnes sécurisées entre les grands villages et la ville


 

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2014 1 20 /10 /octobre /2014 16:32

Dès 2015, la facturation du service de gestion des déchets change.


Exit la Redevance et la Taxe d'Enlèvement des Ordures Ménagères. C'est la redevance incitative qui sera désormais appliquée à compter de janvier 2015.

 

Cette redevance sera basée sur le nombre de vidage et le volume du bac vert mis à disposition de chaque foyer.

 

Afin d'éviter toute erreur dans la facturation, les services du SMICTOM ont besoin de mettre à jour leur fichier.

 

Votre famille s'est agrandie ou au contraire les enfants sont partis voler de leurs propres ailes:

 

vous êtes absent de votre foyer pour de nombreux mois..............., maladie, convalescence, voyage etc....

 

Votre situation a changé depuis 2011 (naissance, déménagement, vente, ...), votre bac vert est trop grand, trop petit.............:

 

Contactez rapidement le SMICTOM au 02.99.09.57.26 ou envoyez-leur un mail.

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2014 1 20 /10 /octobre /2014 14:47

Ca y est !

nous avons  tous ( ou presque) reçu notre facture semestrielle, estimative du SMICTOM affichant le tarif qui s'appliquera à partir du 1er janvier 2015 à la collecte des poubelles vertes (pour nous les ménages).  Attention cette facture n'est pas à payer.

La facture se compose d'une partie fixe comprenant l'abonnement et un forfait de 18 levées et une partie variable pour les levées au-dela du forfait.

 

Au vu de cette facture beaucoup de nos concitoyens se sont inquiétés en comparant le cout actuel du ramassage (intégré à la taxe foncière) au cout futur pour un service équivalent.

 

Et plus particulièrement les assistantes maternelles qui se demandent comment répercuter le surcoût des déchets de chaque enfant sur les fiches de salaire.

Pour éviter ce surcout il ne faudra pas dépasser le forfait, c'est à dire déposer sa poubelle verte toutes les 3 semaines. Comment garder aussi longtemps dans la maison cette poubelle sans qu'elle devienne nauséabonde ?

Que celles qui ont la solution conseillent les collègues.......

 

Ce qui a été dit aux délégués en réunion de SMICTOM:              des solutions existent!

 

Pour les couches et lingettes

 

- l'utilisation de couches lavables

 

IZAE 15 rue de Bretagne 35360 Médréac, peut vous en fournir sur commande

   izae.fr/index.php? tél: 09 52 28 85 23

izae.fr/index.php?

 

- Nous avons pensé également aux couches compostables, où les trouver? demandez à votre commerçant habituel de vous en     fournir  ou si refus, commandez sur internet.

  Quelques liens vers les forums pour les parents et les nounous

 

 

http://www.i-services.com/membres/forum/messages.php?uid=22247&sid=9542&idsujet=1229180

 

 

forum.magicmaman.com/bio-famille/Bio-Bebe/biodegradables-couches-100-sujet-364-1.htm

blog.bebe-au-naturel.com/2012/03/les-couches-jetables-sont-elles-compostables/

 

Lire la thèse:

 

http://larbreabebes.free.fr/Photos/t...s-lavables.pdf

 

Le coût:

http://www.le-monde-des-bebes-bio.fr/spip.php?article10

 

- l'utilisation des lingettes compostables

 

Pour la nourriture:

 

- l'utilisation de mets préparés par les parents, en boite hermétique que les parents reprennent le soir


- l'achat de plats préparés avec des contenants bio-dégradables

 

(j'ai envoyé un courrier à quelques grandes ou moyennes surfaces en demandant une réponse à toutes ces demandes)

 

quelques réflexions de nounous sur les forums:

 

"Je pense au contraire que ce système de tarification incitative responsabilise énormément ! C'est bête à dire mais quand ça touche directement à notre porte-monnaie, on devient vigilant !

Maintenant, je fais attention à l'emballage lorsque je fais mes courses :
J'achète ma lessive en poche de 2 litres et je remplis mon bidon plastique que je garde en permanence.
Je fais pareil avec le liquide vaisselle.
J'achète le gel douche et le shampooing en berlingot et je remplis une bouteille que j'ai gardée.
Je me suis équipée d'une carafe Br..a et je n'achète plus que des bouteilles pour les biberons, les plus grands boivent l'eau de la carafe.
Je fais mes yaourts et les crèmes dessert dans mes ramequins (je faisais déjà avant).
J'ai fait un compost pour les épluchures, le marc de café, les coquilles d'oeufs ect...
Et en règle générale, j'essaie au maximum d'éviter le suremballage."...............

Partager cet article
Repost0
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 14:43
Mardi 10 avril 2012

 

  Voici une recette très attendue, testée et approuvée par Carol! 

 

  Pour une lessive respectueuse de notre peau, et de l'environnement! (n'oublions pas que tout ce qui sort de notre machine part dans les égouts et dans la nature, pour une bonne partie... moins on y met de produits polluants, moins on en rejette!) à base de trois produits-phares: le vinaigre blanc, le savon de Marseille, et le bicarbonate de sodium.

 

 

Ingrédients (pour environ 1 litre de lessive bien concentrée):

 

- 100 gr de savon de Marseille ou savon d'Alep

  (Attention: le savon de Marseille contient de plus en plus souvent de l'huile de palme, et l'huile de palme; c'est le mal! ... En tout cas, il vaut mieux acheter un savon de Marseille vert = à l'huile d'olive, que blanc = huile de palme. Il faut donc bien faire attention à la composition)


- 100 gr (environ) de bicarbonate de sodium

  (Tu en trouves dans n'importe quel supermarché, souvent à côté du sel. C'est l'ingrédient à avoir chez soi pour plein d'autres usages)


- 250 ml de vinaigre blanc chaud

  (Je ne ferai jamais assez l'apologie du vinagire blanc! je l'achète en quantitié industrielle, et en mets partout... produit ménager de rêve... si t'es une veinarde, et que tu as un lave-vaisselle, par exemple, fini le liquide de rinçage! et en plus ça récure le lave-vaisselle, par la même occasion. Ici, il nettoie ta machine à laver et sert aussi d'adoucissant)


- Quelques gouttes d'une Huile Essentielle (citron, lavandin, rose...).

  (Il n'y a aucun risque d'odeur de vinaigre blanc: l'odeur part en séchant. Les Huiles Essentielles sont donc facultatives. En mettre signifie augmenter le coût de revient de la lessive,mais ça parfume le linge...)


- 250 ml d'eau bouillante

 

 

Ustensiles (très important!):

 

- une mandoline de cuisine (ou râpe à fromage) pour transformer le bloc de savon en copeaux de savon. Au pire, un bon couteau fera l'affaire.

- un fouet de cuisine

- un saladier (prends-le bien grand: ça va mousser!)

- un bidon de récup' de ton ancienne lessive, ou bien - et c'est même beaucoup mieux - une bouteille en verre d'un jus de fruits que tu aurais judicieusement gardé (le verre restant pour toute chose le meilleur matériau pour conserver ce qu'on met dedans!)

- un entonnoir

 

 

Etapes:


1) Tu commences par râper tes 100 gr de savon sur ta mandoline pour en faire des copeaux (cf photo);

2) Tu fais chauffer le vinaigre sans le faire bouillir, puis tu l'ajoutes au savon (250 ml = 1/4 de litre);

3) Attention, v'là l'étape qui mousse (qui mousse, qui mousse ENORMEMENT !!! ): Tu rajoutes les 100 gr de bicarbonate de sodium;

    Pour les plus précautionneuses, je vous conseille de préparer trois lessives différentes: une pour le linge classique (cette recette-là), une pour le linge de maison blanc (tu y mettras davantage de vinaigre blanc et de bicarbonate), et une pour le linge délicat (tu y mettras au contraire moins de vinaigre et de bicarbonate);

4) Tu ajoutes à ta préparation les 250 ml d'eau bouillante (c'est essentiel pour une bonne dissolution des copeaux!);

5) Une fois que tout est incorporé, tu fouettes vigoureusement le mélange tant que c'est encore chaud;

6) Tu laisses refroidir (ou au moins tiédir);

7) Avec l'entonnoir, tu verses dans ton bidon (enfin tu l'avales pas, hein, on est bien d'accord!! On est dans la catégorie "C'est du Propre", ici, pas "Gourmandises" );

8) Au besoin, tu peux rajouter de l'eau pour remplir ton bidon si c'est nécessaire.

 

Et voilà, c'est prêt!!

 

 

ATTENTION:

- Pendant tout le temps du refroidissement de la lessive (juste après sa mise en flacon), secoue-la régulièrement pour éviter qu'elle se fige. Tu t'apercevras vite qu'elle va beaucoup épaissir.

- Et surtout, n'oublie pas de bien secouer avant chaque utilisation pour que le produit soit bien mélangé, puis avant chaque lavage, DILUE dans un bol TA DOSE DE LESSIVE (une grosse cuillère à soupe) avec de l'eau tiède, afin qu'elle soit complètement liquide dans le bac à lessive (sinon ça peut laisser des traces sur le linge).

 

Retour d'expérience d'une utilisatrice convaincue: c'est par ici!

Partager cet article
Repost0
22 juin 2014 7 22 /06 /juin /2014 23:19

Pétition pour Mr Thierry Morfoisse, mort en transportant et déchargeant

des algues vertes en décomposition.

 

M. Thierry Morfoisse est décédé d’un infarctus du myocarde, le 22 juillet 2009, pendant son travail.

Il venait de respirer de fortes bouffées d’hydrogène sulfuré, lors des opérations de dépotage de trois bennes d’algues vertes en état de décomposition avancée. L’hydrogène sulfuré est un gaz très dangereux qui bloque l’utilisation de

l’oxygène dans les cellules de l’organisme et provoque ainsi des lésions dans les tissus qui en ont le plus besoin.

Les spécialistes savent parfaitement et depuis longtemps qu’il provoque ainsi des accidents cardiaques et en particulier des infarctus du myocarde.

 

Nous demandons que la justice rétablisse la vérité

sur les circonstances de son décès

- pour que le décès de M. Morfoisse puisse être reconnu en accident du travail ;

- pour que sa famille puisse restaurer sa dignité meurtrie ;

- pour qu’un tel accident ne se reproduise pas à l’avenir.

 

COMITE de SOUTIEN
à Thierry MORFOISSE

&

Dr C. LESNÉ,
CNRS (1986-2010)

 

Sauvegarde du Penthièvre (22)

Côtes d'Armor Nature Environnement (FNE)

Eau & Rivières de Bretagne (ERB)

Sauvegarde du Tregor (22)

 

CYBERACTEURS /  Fondation ''Terre Humaine'' / Réseau Cohérence / Réseau Environnement Santé

 

 

Nom

Prénom

Ville

Signature

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AUTRES SOUTIENS

 

Finistère- 29

Côtes d’Armor -22

Morbihan-56

Ille et Vilaine-35

Autres départements

Baie de Douarnenez Environnement (BDZE)

Sous le vent, les pieds sur terre (Trébrivan)

Nature et Patrimoine du Centre Bretagne (NPCB-56

ACEQV (Côte d'Emeraude pour l'Environnement & Qualité de la Vie)

Association Henri Pezerat (Travail-Santé-Environnement) – 94

 

Agir pour un Environnement et un Développement Durable (AE2D-Brest)

Sauvegarde et développement de la Baie de la Fresnaye

 

ABVP (Plurien)

 

La Vigie de Pen en Toul

 

Collectif d'Associations de Défense et de Respect de l'Environnement (35-HIREL)

Ban Abestos France – 94

 

Toulemondilaivio - 95

Ellé Vivante

Terre et Mer

 

ATTAC 22

 

FAUR (Usagers des bassins versants de la Rance et du Frémur) – 35

Fondation Sciences Citoyennes (Pdt : Jacques Testart)

 

Dour ha Douar (Locquirec)

De la Source à la Mer (22)

 

Cancale Environnement

ARDIMEA (Refus des déchets industriels)

Guerlesquin Cadre de Vie

Union Syndicale Solidaires

 

Bretagne Vivante (Rennes)

 

Force 5

Bretagne Terres d'Eau Pure

 

AFOC 35,  ALLDC 35,  CNL 35

 

L'Eau et la Terre (Erguégabéric)

ADSLB (Défense du Site de Lancieux et de la baie de Beaussais)

 

 

Rance Environnement

 

Fédération IVINE (Ille et Vilaine Nature Environnement)

 

ASPF - Fouesnant

Tréduder Nature Patrimoine

 

 

 

ARAP (Asso Retour à l'Agriculture Paysanne)

 Plestin Environnement

 

 

 

CLCV (Logement et Cadre de Vie)

Quatre pour Tous (Plounérin)

 

 

 

Parti de Gauche 29

B.A.G.N.E. (Glomel)

 

 

 

ATTAC Brest

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 00:24

Objet : tr:Episode pluvieux du week-end.


J'étais jeudi dernier sur la commune de médréac pour aider un ami à tailler ses arbre et j'ai pu observer toute la journée les rotations des tonnes à lisier et traitements pesticides avec des engins énormes dans les petites parcelles.
Les précautions pour les sols l'eau n'est pas leur problème, à l'occasion on peut même risquer des violences physiques.
D'épandre après une sécheresse déclencle inévitablement une pollution derrière.
Nous progressons sur notre projet sur l'arbre et nous allons sans doute fonder une asociation pour satisfaire des demandes d'interventions
JY Morel

Objet : tr: Episode pluvieux du week-end.
 L'épisode pluvieux du week-end nous a enfin apporté un peu d'eau.
 Ces 30 à 50 mm d'eau en un peu plus de 24 heures ont suffit à provoquer une crue dans nos ruisseaux asséchés.
 L'eau n'a pas eu le temps de rentrer dans les sols et à rejoint rapidement les cours d'eau.
 Cela donne une idée des désordres du réseau hydrographique.
 Qu'elle aurait été la situation si nous avions eu un épisode de pluie plus important en sols saturés.
 Les rerour de crues sont de plus en plus rapides.
 Tout le monde en connait aujourd'hui la cause.


 Le réseau hydrographique est déconnecté du paysage par un réseau de drainage de plus en plus performant.
 L'arasement des haies continue. Les haies sénescentes restantes ont beaucoup perdu de leur efficacité car déconnectées aussi entre elles.

 Si l'eau à rejoint rapidement la rivière et les réserves d'eau potable, les grandes quantités de lisiers résidus médicamenteux, et pesticides déversés ont suivi le même chemin également, d'autant que les sols étaient porteurs pour épandre au maximum.


 L'urgence de la reconstruction et protection du paysage est une évidence.


 L'inventaire de l'existant leur inscription dans les PLU devient une urgence.


 La protection ne veut pas dire sanctuarisation qui elle aussi débouche sur la disparition ; mais de mettre en place des plans de gestion communaux qui loin de créer une nuissance pour les agriculteurs pourront à nouveau procurer un revenu et relancer une économie et protection de l'eau et milieux naturels.


 Pour ERB JY Morel

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 16:35

Quel est l’impact environnemental de la culture du sapin dans nos forêts ?

 

La culture du sapin de Noël pose quelques problèmes relatifs à la qualité des eaux(*). En effet, les plantations sont entretenues à l’aide d’herbicides dont le transfert vers les eaux peut engendrer des pollutions à des concentrations néfastes à la qualité de l’eau de consommation et à l’environnement. Des solutions alternatives sont recherchées. Leur mise en oeuvre se heurte à la dispersion de la production et au changement des pratiques culturales. La plantation du sapin naturel se fait généralement sur des terres qui seraient autrement laissées en friche parce qu’elles ne sont pas utilisables pour l’agriculture. Elle n’amène donc pas de déforestation. De plus, les jeunes sapins absorbent davantage de gaz à effet de serre que les arbres matures. Pour un "acre" (mesure anglaise qui vaut environ 40 ares) de culture de sapins, 13 tonnes de polluants atmosphériques sont ainsi absorbés annuellement.

Quant aux insecticides, on les utilise pour lutter contre le puceron en cas d’invasion et aussi l’année de la récolte pour s’assurer d’avoir le plus beau ramage possible. Les producteurs de sapins emploient actuellement cinq fois moins de pesticides qu’il y a dix ans. Ils pourraient cependant remplacer le Diazinon, un pesticide à large spectre nuisible pour la biodiversité, par un savon insecticide ou du "Bt", une bactérie spécifique, pour lutter contre les chenilles.

A signaler : différentes expérimentations de culture et méthodes de protection contre les insectes ou été ou sont réalisées. Afin de concilier environnement et développement économique, le Parc Naturel Régional du Morvan de son côté a souhaité expérimenter en lien avec les producteurs locaux de nouvelles méthodes de production du sapin de Noël afin de diminuer l’utilisation des produits phytosanitaires.
Voir le site du PNRM et le document d’information sur ce sujet

Le coût environnemental du sapin de Noël peut paraître élevé quand on comptabilise toutes les ressources nécessaires à sa culture : la coupe et le transport jusqu’aux consommateurs, de même que le ramassage et le recyclage des sapins en copeaux destinés au paillis. Si l’on considére que le cycle de vie d’un sapin est de sept à dix ans, pour une utilisation décorative de quelques semaines, on constate qu’il y a un prix à payer pour le maintien de cette tradition.

Quid du sapin "artificiel ?
Le sapin artificiel est celui qui a la plus longue durée de vie et sa popularité réduit peut-être la coupe de sapins naturels, mais, selon les experts, il représente le pire choix au plan environnemental, notamment parce qu’il composé de plastique, un résidu du pétrole, et d’aluminium, un mélange composite non recyclable. Sa fabrication génère des émissions polluantes et son transport depuis la Chine ou Taiwan jusqu’à nous, et consomme énormément d’énergie. Une fois rendu à la décharge, il mettra environ 400 ans à se dégrader !


Y a -t-il une alternative plus écologique ?
Pour ceux qui souhaitent explorer d’autres alternatives, Pierre Gingras, journaliste canadien spécialiste en horticulture, nous propose quelques plantes d’intérieur qui peuvent être employées comme solutions de rechange au Roi des forêts.

Son premier choix se tourne vers le cyprès à la forme conique. Il reste toujours vert et il est facile à entretenir et à décorer. C’est le conifère qui s’adapte le mieux à l’intérieur où il peut atteindre jusqu’à deux mètres de hauteur en quelques années et son prix est abordable, pour un petit arbre.

Il recommande aussi l’oranger avec ses boules vivantes qui, en plus d’être décoratives, dégagent un parfum toute l’année dans la maison. L’oranger est facile à cultiver.

Il déconseille fortement l’araucaria ou pin de Norfolk qui a tendance à jaunir dans nos maisons surchauffées. De plus, ses branches plutôt frêles supportent mal le poids des décorations.

L’achat de conifères en pot constitue donc une erreur majeure selon cet expert car ces plantes subissent un choc thermique susceptible de les tuer à chaque transfert de l’extérieur vers l’intérieur. La vraie place de ces conifères, c’est à l’extérieur.

Plusieurs choix s’offrent donc à nous. Mais quoiqu’on en dise, le sapin demeure le symbole de Noël et des retrouvailles pour beaucoup de gens. Et, à notre grand étonnement, le sapin naturel s’avère un choix plus écologique qu’on ne l’imagine !

 

 

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 23:08

Le Conseil Général d’Ille-et-Vilaine vous invite à un débat "Les monnaies solidaires, une opportunité pour l'Ille-et-Vilaine?", organisé en partenariat avec Pekea et le Musée de Bretagne, le 26 septembre à  18h30 à l'auditorium des Archives départementales avec Patrick VIVERET, Philosophe, ancien Conseiller à la Cour des comptes et Célina WHITAKER, de l'association SOL.

 

Le Conseil général  souhaite « encourager chacun, citoyens, entreprises, associations et collectivités, à consommer mieux, à consommer citoyen, à établir un lien direct, une alliance objective entre la production locale et la consommation ».  Le Département entame donc une réflexion pour, à terme, doter l’Ille-et-Vilaine d’un dispositif de monnaie solidaire visant à favoriser les achats responsables, protéger l’environnement et promouvoir l’emploi local. 

 

Cette initiative s’inspirera des différentes expériences menées en Europe depuis plusieurs années. En mai dernier, sur l’impulsion de la ville de Toulouse, a été lancé le Sol-Violette, une monnaie éthique visant à encourager un développement économique et social durable du territoire.

 

Cette rencontre aura pour fonction de présenter aux citoyens les monnaies complémentaires, leurs enjeux, leurs caractéristiques et leurs fonctionnements, ainsi que de poursuivre la réflexion entamée par le Conseil Général sur l’opportunité de mettre en place une nouvelle monnaie dans le département.

 

Merci de transférer cette invitation dans vos réseaux. Je vous joins des affiches et dépliants. La rencontre est ouverte à tous!

  

Je vous invite à vous inscrire dès maintenant auprès de alexandra.roinsard@cg35.fr

  

Cordialement!

 

Anne Le Tellier

Chargée de mission économie sociale et solidaire

Pôle Développement

Conseil général d'Ille-et-Vilaine

Hôtel du Département - 1 Avenue de la Préfecture

CS 24218 - 35042 RENNES CEDEX

 

Tél : 02 99 02 20 52

anne.le-tellier@cg35.fr   

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 23:21

ci-joint le lien vers un blog:

on y trouve des cartes diverses, dont la carte de la forêt de Montauban

rDSCF4545

 

http://lamaisonquipic.over-blog.com/article-la-foret-de-montauban-de-bretagne-52169019.html

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2010 5 01 /10 /octobre /2010 23:43
A Médréac Izaë réinvente les couches lavable
 
TENDANCE. Deux mères de famille ont créé la société Izaë… pour convertir toutes les mamans à la couche réutilisable.
 

La couche lavable n'est plus une punition : Izaë le prouve. Et Camille aussi.
© Franck Hamon
 
Après avoir travaillé plusieurs années dans le textile et la santé, Elodie Le Noane et Isabelle Perdriel ont créé leur entreprise en mars 2008. Son nom? Izaë. Son activité? La vente de couches lavables.

«Parce que nous en avions assez de jeter des couches à la poubelle et notre argent par les fenêtres», disent-elles.
la suite dans l'article "NOUS VOUS ILLE"
LE SITE D'IZAE
lihttp://www.izae.com/nk
Partager cet article
Repost0